Le Centre de documentation sur l'éducation
des adultes et la condition féminine (CDÉACF)

ACCÈS RAPIDE

Posez-nous vos questions

Bases de données

accessibles aux membres
Demandez un accès

Documents  Pronovost, Gilles | enregistrements trouvés : 2

O
     

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q


V

À l'aide de données tirées des enquêtes canadiennes sur l'emploi du temps, y compris la plus récente menée en 2005, et de différentes enquêtes américaines et françaises du même type, l'auteur analyse l'étendue et les paradoxes de ce problème de manque de temps.

Source : Enjeux publics, vol. 8, no 1 (fév. 2007)

Lien(s) : Consulter la version PDF
EN LIGNE

... Lire [+]

y

Certaines activités familiales pratiquées en bas âge joueraient un rôle dans les habitudes de lecture des enfants. C'est, entre autres, ce qui ressort d'une analyse réalisée par Gilles Pronovost, professeur émérite à l'Université du Québec à Trois-Rivières, à partir de statistiques provenant de l'Étude longitudinale du développement des enfants du Québec (ELDEQ). Une pratique d'initiation à la lecture consiste à lire des livres à l'enfant lorsqu'il est en bas âge. Entre les âges de 2 ans et 6 ans, environ sept enfants sur dix au Québec se font faire la lecture de façon régulière par leurs parents. L'analyse des données de l'ELDEQ révèle qu'une variable qui différencie les enfants en matière d'initiation parentale à la lecture est le fait que la mère pratique la lecture pour elle-même. Ainsi, de l'âge de 29 mois à l'âge de 6 ans, les enfants ayant une mère lectrice sont proportionnellement plus nombreux à se faire faire la lecture régulièrement par leurs parents que les enfants dont la mère n'est pas une lectrice. Les enfants ayant une mère lectrice sont aussi plus nombreux à « lire par plaisir » lorsqu'ils sont plus âgés. L'auteur constate aussi que l'intérêt pour la lecture semble plus répandu chez les filles : à 8 ans, la portion des enfants québécois pratiquant quotidiennement la lecture par plaisir est nettement plus élevée chez les filles (52 %) que chez les garçons (33 %). Le degré d'accompagnement parental à la lecture est un des facteurs associés à cette différence d'intérêt. Les données provenant de l'ELDEQ montrent en effet qu'à 4 ans et à 6 ans, les filles sont proportionnellement plus nombreuses que les garçons à se faire faire la lecture et à se faire apprendre à lire par leurs parents sur une base quotidienne.
Certaines activités familiales pratiquées en bas âge joueraient un rôle dans les habitudes de lecture des enfants. C'est, entre autres, ce qui ressort d'une analyse réalisée par Gilles Pronovost, professeur émérite à l'Université du Québec à Trois-Rivières, à partir de statistiques provenant de l'Étude longitudinale du développement des enfants du Québec (ELDEQ). Une pratique d'initiation à la lecture consiste à lire des livres à l'enfant ...

Source : Optique culture, no 26 (juillet 2013)

Lien(s) : Consulter la version PDF (1 Mo ; 12 p.)
EN LIGNE

... Lire [+]

Nuage de mots clefs ici

Z