Le Centre de documentation sur l'éducation
des adultes et la condition féminine (CDÉACF)

ACCÈS RAPIDE

Posez-nous vos questions

Bases de données

accessibles aux membres
Demandez un accès

Documents  Décroissance soutenable | enregistrements trouvés : 14

O

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

y

Cote : Numéro de périodique

Source : À babord!, no 71 (automne 2017)

... Lire [+]

y

Cote : 338.927Pae 2016

... Lire [+]

y

Cote : 306.342Bas 2016

... Lire [+]

y

Cote : Numéro de périodique

Source : Projet, no 350 (févr. 2016)

... Lire [+]

y

Pour l'économiste J. Gadrey, la croissance est un facteur de crise, une menace pour les hommes, la planète et le progrès. Il explique comment une baisse de la croissance peut résorber le chômage en créant des emplois plus durables.

Cote : 338.124Gad 2015

... Lire [+]

y

Il devient urgent d'appréhender l'économie, la société et la crise écologique avec un nouveau regard. Quand le langage véhiculé devient inadéquat pour saisir le monde, il est temps de mettre de l'avant un nouveau vocabulaire, ce que propose cet ouvrage appelé à devenir une référence incontournable. Sortir des balises de l'économisme triomphant où la croissance est le remède à tous les maux, voilà l'ambitieux défi politique de Décroissance. Vocabulaire pour une nouvelle ère. Devant les crises économiques à répétition, l'accroissement des inégalités et les désastres écologiques, le remède de la croissance est un cul-de-sac. Elle est devenue non rentable sur le plan économique, non soutenable sur le plan écologique et injuste sur le plan social. Il est utopique de croire que l'humanité peut continuer de fonctionner sur ces bases destructrices ; le modèle de développement économique occidental nécessiterait quatre à cinq planètes, or nous n'en avons qu'une... Le mouvement de la décroissance, qui a pris naissance en France et rassemble aujourd'hui des personnes aux quatre coins du globe, milite pour des sociétés qui useraient moins de ressources naturelles et s'organiseraient selon des bases radicalement différentes. Simplicité, économie de la permanence, autonomie, audit de la dette, entropie, extractivisme, et buen vivir, voilà quelques-unes des entrées présentées dans ce livre pour sortir des ornières idéologiques dominantes, décoloniser nos imaginaires. Et bâtir enfin une société égalitaire et soutenable, viable sur les plans écologique, économique et social.
Il devient urgent d'appréhender l'économie, la société et la crise écologique avec un nouveau regard. Quand le langage véhiculé devient inadéquat pour saisir le monde, il est temps de mettre de l'avant un nouveau vocabulaire, ce que propose cet ouvrage appelé à devenir une référence incontournable. Sortir des balises de l'économisme triomphant où la croissance est le remède à tous les maux, voilà l'ambitieux défi politique de Décroissance. ...

Cote : 338.927Dec 2015

... Lire [+]

y

Partout, l'heure est à l'intensification de l'exploitation industrielle des "ressources naturelles". Forêts, eau douce, minerais, sable, rivières, faune sauvage, gaz de schiste, pétrole, terres fertiles, paysages grandioses: tout y passe! La justification de ces efforts est partout la même: cette exploitation est un facteur de croissance essentiel dont il serait fou de ne pas profiter alors que les emplois manquent et que les états sont endettés. C'est le choix de l'extractivisme. Si ce phénomène suscite des débats, ceux-ci ne portent généralement que sur les conditions de l'exploitation de ces richesses : qui va vraiment profiter de ces ressources? Comment ne pas faire trop de dégâts en les mettant à profit? Est-ce le bon moment de les exploiter? Et si, au lieu de se préoccuper de la bonne façon de partager ce "gâteau" (sans trop salir la nappe), on s'interrogeait plutôt sur la pertinence même de le consommer? Avons-nous vraiment besoin d'harnacher de nouvelles rivières, d'exploiter toujours plus de gisements de pétrole et de minerais, d'ouvrir de nouveaux territoires aux touristes, d'intensifier les cultures et l'élevage animal? Ne s'agit-il pas d'une fuite en avant, sur un chemin qui ne mène nulle part, sinon à la destruction pure et simple de notre habitat terrestre et de nos sociétés? Ne pourrions-nous pas vivre aussi bien, voire mieux, sans pratiquer ce type d'exploitation? Si oui, à quelles conditions? Les auteur.e.s s'attaquent à ces questions difficiles en dénonçant la logique de l'extractivisme avant d'en souligner les principales limites physiques. Les effets destructeurs et irréversibles du processus économique sur les ressources naturelles dites "non renouvelables" (énergies fossiles, minerais, etc.) étant déjà à l'oeuvre, les auteur.e.s s'attellent à décrire les alternatives possibles à ce "modèle de développement": "low-tech", transition énergétique, résistance autochtone et philosophie du "buen vivir"... Ils nous invitent à changer de paradigme pour penser les pistes d'actions nécessaires dans un futur post-extractiviste. Car à force de creuser, nous arrivons bel et bien aux limites de notre unique planète.
Partout, l'heure est à l'intensification de l'exploitation industrielle des "ressources naturelles". Forêts, eau douce, minerais, sable, rivières, faune sauvage, gaz de schiste, pétrole, terres fertiles, paysages grandioses: tout y passe! La justification de ces efforts est partout la même: cette exploitation est un facteur de croissance essentiel dont il serait fou de ne pas profiter alors que les emplois manquent et que les états sont ...

Cote : 338.927Cre 2015

... Lire [+]

y

Cote : Numéro de périodique

Source : Manière de voir, no 144 (déc. 2015-janv. 2016)

... Lire [+]

y

Fidèle à ses idéaux, Serge Mongeau poursuit sa défense du bien commun dans ce nouvel opus qui peut être lu comme son ø testament politique ø. Fustigeant toujours les inégalités sociales, l'absence de véritable démocratie et l'indifférence face à la crise écologique, ce militant de longue date pose une question toute simple: pourquoi ne pas commencer dès maintenant à vivre en adéquation avec les valeurs que nous défendons ? Reprenant à son compte la sagesse populaire québécoise préconisant ø que les bottines suivent les babines ø, Serge Mongeau nous invite à nous indigner, certes, mais aussi à agir. Devant l'urgence de la situation, il cible huit champs où nos actions peuvent faire la différence : reprendre le contrôle de notre alimentation, dire adieu à l'automobile, faire un usage modéré de l'avion, nous affranchir de la télévision, éviter le piège du crédit, nous libérer du salariat, sortir de l'individualisme et, enfin, nous engager politiquement. Le père de la simplicité volontaire au Québec fait ici un exposé clair des principes ayant guidé sa vie et sa réflexion. Il offre des solutions concrètes pour mettre en pratique ses idéaux et devenir vraiment " simplicitaire ".
Fidèle à ses idéaux, Serge Mongeau poursuit sa défense du bien commun dans ce nouvel opus qui peut être lu comme son ø testament politique ø. Fustigeant toujours les inégalités sociales, l'absence de véritable démocratie et l'indifférence face à la crise écologique, ce militant de longue date pose une question toute simple: pourquoi ne pas commencer dès maintenant à vivre en adéquation avec les valeurs que nous défendons ? Reprenant à son compte ...

Cote : 172Mon 2014

... Lire [+]

y

A partir de l'exemple du mode alternatif de management développé par les acteurs du secteur agroalimentaire suivant les principes du mouvement slow food, présente les spécificités du slow management et décrit ses applications concrètes dans toutes les fonctions de l'entreprise.

Cote : 005.22Slo 2013

... Lire [+]

Z