Le Centre de documentation sur l'éducation
des adultes et la condition féminine (CDÉACF)

ACCÈS RAPIDE

Posez-nous vos questions

Bases de données

accessibles aux membres
Demandez un accès

Documents  Thot Cursus | enregistrements trouvés : 14

O

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q


y

L'utilisation des médias sociaux tend aussi à se développer dans le milieu de l'éducation. En effet, de nombreux professeurs commencent à recourir à ces moyens multimédias afin de capter davantage l'attention de leurs élèves tout en leur procurant un confort virtuel accessible directement de chez eux. Aussi peut-on s'interroger sur l'intérêt de ces médias sociaux dans l'enseignement des langues : quelles utilisations pratiques peuvent en faire les professeurs et les étudiants? - Tiré du doc.
L'utilisation des médias sociaux tend aussi à se développer dans le milieu de l'éducation. En effet, de nombreux professeurs commencent à recourir à ces moyens multimédias afin de capter davantage l'attention de leurs élèves tout en leur procurant un confort virtuel accessible directement de chez eux. Aussi peut-on s'interroger sur l'intérêt de ces médias sociaux dans l'enseignement des langues : quelles utilisations pratiques peuvent en faire ...

Lien(s) : Voir la version HTML
EN LIGNE

... Lire [+]

y

Cote : En traitement

Lien(s) : Consulter la version HTML
EN LIGNE

... Lire [+]

y

Source : Thot Cursus (9 mai 2014)

Lien(s) : Voir la version HTML
EN LIGNE

... Lire [+]

y

Source : Thot Cursus (19 sept. 2014)

Lien(s) : Voir la version HTML
EN LIGNE

... Lire [+]

y

Utiliser le jeu pour faciliter l'apprentissage est une statégie efficace. Quel que soit leur âge, les apprenants semblent sensibles au jeu pour apprendre. Faut-il alors transformer les écoles en vastes plateaux de jeu? Pas nécessairement. Car la "gamification" consiste moins à donner l'aspect d'un jeu à son cours, qu'à s'inspirer des mécanismes favorisant l'intérêt et l'engagement des joueurs pour accroître la motivation et l'approfondissement des apprentissages chez les étudiants. En effet, l'usage du jeu et la "gamification" des pratiques présentent peu d'intérêt s'ils ne sont pas porteurs d'innovation pédagogique. Les retours d'expériences positives commencent à apparaître. Par ailleurs, l'immersion dans un univers complet et cohérent et la possibilité de dépasser ses limites en prenant des risques sans conséquences sur la vie réelle, constituent deux puissants facteurs d'engagement. Participer non pour gagner tout de suite, mais pour avoir le plaisir de se voir progresser et affronter de nouveaux défis sans craintes excessives : voilà le principal enseignement du jeu au monde éducatif. - Tiré du doc.
Utiliser le jeu pour faciliter l'apprentissage est une statégie efficace. Quel que soit leur âge, les apprenants semblent sensibles au jeu pour apprendre. Faut-il alors transformer les écoles en vastes plateaux de jeu? Pas nécessairement. Car la "gamification" consiste moins à donner l'aspect d'un jeu à son cours, qu'à s'inspirer des mécanismes favorisant l'intérêt et l'engagement des joueurs pour accroître la motivation et l'approfondissement ...

Source : Thot Cursus dossier, no 127 (2013)

Lien(s) : Consulter le dossier en ligne
EN LIGNE

... Lire [+]

y

Source : Thot Cursus dossier, no 126 (2013)

Lien(s) : Consulter le dossier en ligne
EN LIGNE

... Lire [+]

y

Le livre est un curieux objet, à la fois oeuvre et support de l'oeuvre, immatériel et matériel, unique et reproductible. Du moins en est-il ainsi depuis la naissance de l'imprimerie au XVe siècle. Aujourd'hui, qu'est-ce qu'un livre ? Toujours un ouvrage fait de papier, d'encre, de colle ou de fil et éventuellement de quelques autres matériaux, mais pas seulement. Objets désormais dématérialisés, les livres conservent leur dimension intellectuelle d'oeuvres complètes. Est-ce bien sûr ? Le livre n'est-il pas en train de se fragmenter sous nos yeux en une multitude de textes, de signes, de données ? L'information serait-elle en train de se substituer aux oeuvres ? Ces questions mettent en cause la fonction cruciale de transmission de tout système éducatif. Que peut-on transmettre, si l'on ne sait même plus ce que l'on possède ? Face à cette interrogation paralysante, les gourous du tout numérique aiment à nous faire imaginer le web comme la bibliothèque mondiale ouverte à tous. Ce qui est évidemment une utopie, dans la mesure où le web ne garde trace que d'un certain état des textes, et que de multiples filtres se dressent entre le lecteur et ce qu'il veut lire. L'abondance en elle-même constitue un filtre. Ne reviendrait-il pas alors aux bibliothécaires d'assurer la médiation entre les oeuvres et leurs lecteurs ? Ou faut-il se résoudre à voir engloutir par l'obscurité de l'oubli numérique des centaines de millions de pages jamais lues ? Ces perspectives vertigineuses nous font oublier un peu facilement que pour le moment, le livre imprimé résiste plutôt bien aux coups de boutoir de la dématérialisation. Notre bon vieux bouquin dispose en effet de qualités difficilement remplaçables. Il est extrêmement solide : vous pouvez monter dessus, l'utiliser pour caler un pied de table, le laisser sous la pluie ou y renverser votre café, et reprendre ensuite votre lecture. Il est partageable : un même exemplaire peut servir à plusieurs centaines de lecteurs, comme en bibliothèque, et sur plusieurs générations, comme ceux que l'on trouve dans les armoires de nos grand-mères. Et surtout, une fois que vous l'avez acheté, il est à vous. Même si votre libraire fermait boutique, vous conserveriez votre exemplaire. Ce n'est pas le cas avec les livres numériques, dont nous n'achetons qu'un droit d'usage. Il n'est donc pas étonnant que nombre d'entre nous restent attachés aux livres de papier. Ils font partie de notre patrimoine culturel et artistique, ce qui justifie les soins apportés à leur conservation et à leur restauration. Et si nous apprécions les livres numériques pour leur commodité de stockage, il n'est pas certain que nous puissions transférer sur eux l'affection que nous portons à nos bouquins. Peut-être la lecture de ce dossier nous y incitera t-elle? - Tiré du doc.
Le livre est un curieux objet, à la fois oeuvre et support de l'oeuvre, immatériel et matériel, unique et reproductible. Du moins en est-il ainsi depuis la naissance de l'imprimerie au XVe siècle. Aujourd'hui, qu'est-ce qu'un livre ? Toujours un ouvrage fait de papier, d'encre, de colle ou de fil et éventuellement de quelques autres matériaux, mais pas seulement. Objets désormais dématérialisés, les livres conservent leur dimension inte...

Source : Thot Cursus dossier, no 122 (2013)

Lien(s) : Consulter le dossier en ligne
EN LIGNE

... Lire [+]

V

Depuis que les Moocs sont arrivés sur la scène éducative internationale voici moins de deux ans, la formation à distance a acquis une superbe qui lui faisait défaut jusque là. Les professionnels en ce domaine se battent en effet depuis quinze ans pour faire reconnaître leur expertise. Leur heure semble enfin arrivée, alors que les plus prestigieux établissements d'enseignement s'apprêtent à déverser sur le monde entier leurs cours en ligne animés par leurs plus brillants enseignants. Mais la scène est en réalité un peu moins idyllique : les professionnels de la formation en ligne ont jusqu'à présent été peu associés à la conception et à l'animation des Moocs. Ceci risque de changer rapidement, dès lors que les universités virtuelles telles que l'Open University se lancent elles aussi dans la bataille des Moocs. Nul doute que le savoir-faire de ce prestigieux acteur va faire monter le niveau de qualité exigé de tous. Par ailleurs, à l'écart de l'agitation liée aux Moocs, la formation en ligne continue d'explorer de nouveaux territoires. Les hybridations sont de plus en plus nombreuses; elles passent par l'inventivité des enseignants qui n'hésitent pas à créer leurs propres applications numériques. La FAD touche désormais des domaines très pratiques et aussi divers que l'agriculture ou la pratique du chant, comme vous le constaterez dans ce dossier. Pourtant, les critiques à l'encontre de la FAD ressurgissent dès que l"occasion se présente. Il a ainsi suffit qu'une récente étude réalisée aux Etats-Unis montre que le taux d'abandon était légèrement supérieur dans les cours en ligne que dans les cours en présence pour que certains n'hésitent pas à affirmer que la FAD vivait ses dernières heures. D'autres heureusement ont souligné à quel point l'accompagnement des étudiants d'une part, la qualité des parcours de formation proposés d'autre part, peuvent faire la différence et emporter l'adhésion des apprenants les plus en difficulté. Cette semaine, nous explorons donc les nouveaux horizons de la formation à distance. Pratiques pédagogiques, théories de l'apprentissage, organisation de la formation, exploration de nouveaux domaines : la FAD se porte mieux que jamais, et il faut le faire savoir.
Depuis que les Moocs sont arrivés sur la scène éducative internationale voici moins de deux ans, la formation à distance a acquis une superbe qui lui faisait défaut jusque là. Les professionnels en ce domaine se battent en effet depuis quinze ans pour faire reconnaître leur expertise. Leur heure semble enfin arrivée, alors que les plus prestigieux établissements d'enseignement s'apprêtent à déverser sur le monde entier leurs cours en ligne ...

Source : Thot Cursus bulletin, no 347 (2013)

Lien(s) : Consulter le bulletin en ligne
EN LIGNE

... Lire [+]

Z