Le Centre de documentation sur l'éducation
des adultes et la condition féminine (CDÉACF)

ACCÈS RAPIDE

Posez-nous vos questions

Bases de données

accessibles aux membres
Demandez un accès

Documents  Théorie queer | enregistrements trouvés : 11

O

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

V

Cote : Numéro de périodique

Source : Nouvelles questions féministes, vol. 28, no 3 (2009)

... Lire [+]

y

Source : Enfances, familles, générations, no 27 (2017)

Lien(s) : Voir la version HTML
EN LIGNE

... Lire [+]

y

Cote : Numéro de périodique

Source : Nouvelles questions féministes, vol. 33, no 2 (2014)

... Lire [+]

y

Cote : 306.7663Bou 2018

... Lire [+]

V

Cote : 362.401Kaf 2013

... Lire [+]

y

Bien que marginal, le BDSM (bondage/discipline, domination/soumission, sadomasochisme) constitue un thème artistique et politique récurrent dans l'histoire lesbienne. Dès les années '80, on voit apparaître aux États-Unis une militance féministe lesbienne pro-BDSM sur le plan théorique, militant et culturel. Considérant l'invisibilisation historique des lesbiennes au sein de l'histoire de l'art et de l'histoire de l'art féministe, que peut signifier une telle représentation de la part de celles-ci, alors que leur corps et leur sexualité font régulièrement l'objet de violences lesbophobes dans l'espace public et dans le champ de la culture visuelle dominante? L'analyse s'appuie sur trois oeuvres charnières : Catherine Opie, Self-Portrait/Pervert, 1994 ; Del LaGrace Volcano, Untitled, 1988 ; Tejal Shah, Déjeuner sur l'herbe, 2008. Les résultats donnent à voir que la représentation du BDSM lesbien en art contemporain se décline sous trois cas de figures : l'autoportrait, l'oeuvre à caractère pornographique et la satire féministe. L'objectivation et l'auto-objectivation sexuelle constituent chez les artistes étudiées les principales stratégies de représentation par lesquelles elles cherchent à légitimer les corps et à réclamer une reconnaissance de cette sexualité extrême qui recèle un potentiel politique sur le plan individuel et collectif. L'identité lesbienne ainsi déployée vient ébranler les canons de la féminité et de la sexualité hétéronormative en histoire de l'art.
Bien que marginal, le BDSM (bondage/discipline, domination/soumission, sadomasochisme) constitue un thème artistique et politique récurrent dans l'histoire lesbienne. Dès les années '80, on voit apparaître aux États-Unis une militance féministe lesbienne pro-BDSM sur le plan théorique, militant et culturel. Considérant l'invisibilisation historique des lesbiennes au sein de l'histoire de l'art et de l'histoire de l'art féministe, que peut ...

Cote : 700.4538Mai 2016

... Lire [+]

y

Cote : 305-055.3Cer 2010

... Lire [+]

y

Vous croyez savoir de qui il s'agit quand on parle des femmes. Erreur : le doute s'est installé depuis que Monique Wittig déclara que « les lesbiennes ne sont pas des femmes ». Avec Judith Butler, la Queer theory regarde la distinction entre homme et femme comme l'expression d'une « binarité artificielle », construite par une « culture hétérosexuelle dominante ». Il n'y a plus de sexes, rien qu'une prolifération de genres (gays, lesbiennes, transsexuels...), flottant au dessus de sexes disparus? à moins qu'ils ne deviennent les produits de techniques biomédicales.
Vous croyez savoir de qui il s'agit quand on parle des femmes. Erreur : le doute s'est installé depuis que Monique Wittig déclara que « les lesbiennes ne sont pas des femmes ». Avec Judith Butler, la Queer theory regarde la distinction entre homme et femme comme l'expression d'une « binarité artificielle », construite par une « culture hétérosexuelle dominante ». Il n'y a plus de sexes, rien qu'une prolifération de genres (gays, lesbiennes, ...

Cote : 305-055.2Aga 2012

... Lire [+]

Nuage de mots clefs ici

Z