Le Centre de documentation sur l'éducation
des adultes et la condition féminine (CDÉACF)

ACCÈS RAPIDE

Posez-nous vos questions

Bases de données

accessibles aux membres
Demandez un accès

Documents  Mouvement masculiniste - Québec (Province) | enregistrements trouvés : 7

O
     

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

y

Cette recherche vise à identifier la place qu'occupent les idées antiféministes et masculinistes dans la presse féminine. Une analyse de corpus du magazine Châtelaine représentant près de 30 % de l'ensemble des numéros publiés depuis sa fondation en 1960 jusqu'en 2009, permet de démontrer que la transformation du contenu en ce qui concerne le féminisme et les hommes correspond à la montée en puissance d'un ressac antiféministe dans les années 1980 et à l'émergence d'un mouvement masculiniste au Québec et ailleurs en Occident durant la même période. Les discours antiféministes et masculinistes trouvent à s'exprimer dans les chroniques mensuelles tenues par des hommes; dans les reportages portant spécifiquement sur l'activisme des groupes d'hommes et de masculinistes; dans les dossiers spéciaux ou des éditions spéciales s'intéressant à la « condition des hommes »; et, finalement, dans les commentaires publiés dans l'espace du courrier d'opinion. En parallèle, Châtelaine met de l'avant un discours néotraditionnaliste (re)valorisant les femmes-mères à la maison en opposition à la « superwoman », une image associée à la féministe malheureuse, parce que célibataire et sans enfants. Cette étude permet de conclure que Châtelaine constitue un espace important de production et de diffusion de discours critiques du féminisme à la fois sympathiques et empathiques aux revendications masculinistes, dont le lectorat est majoritairement féminin. (Résumé tiré du document)
Cette recherche vise à identifier la place qu'occupent les idées antiféministes et masculinistes dans la presse féminine. Une analyse de corpus du magazine Châtelaine représentant près de 30 % de l'ensemble des numéros publiés depuis sa fondation en 1960 jusqu'en 2009, permet de démontrer que la transformation du contenu en ce qui concerne le féminisme et les hommes correspond à la montée en puissance d'un ressac antiféministe dans les années ...

Lien(s) : Consulter la version PDF (831 Ko ; 37 p.)
EN LIGNE

... Lire [+]

y

Cette recherche vise à identifier la place qu'occupent les idées antiféministes et masculinistes dans la presse féminine. Une analyse de corpus du magazine Châtelaine représentant près de 30 % de l'ensemble des numéros publiés depuis sa fondation en 1960 jusqu'en 2009, permet de démontrer que la transformation du contenu en ce qui concerne le féminisme et les hommes correspond à la montée en puissance d'un ressac antiféministe dans les années 1980 et à l'émergence d'un mouvement masculiniste au Québec et ailleurs en Occident durant la même période. Les discours antiféministes et masculinistes trouvent à s'exprimer dans les chroniques mensuelles tenues par des hommes; dans les reportages portant spécifiquement sur l'activisme des groupes d'hommes et de masculinistes; dans les dossiers spéciaux ou des éditions spéciales s'intéressant à la « condition des hommes »; et, finalement, dans les commentaires publiés dans l'espace du courrier d'opinion. En parallèle, Châtelaine met de l'avant un discours néotraditionnaliste (re)valorisant les femmes-mères à la maison en opposition à la « superwoman », une image associée à la féministe malheureuse, parce que célibataire et sans enfants. Cette étude permet de conclure que Châtelaine constitue un espace important de production et de diffusion de discours critiques du féminisme à la fois sympathiques et empathiques aux revendications masculinistes, dont le lectorat est majoritairement féminin. (Résumé tiré du document)
Cette recherche vise à identifier la place qu'occupent les idées antiféministes et masculinistes dans la presse féminine. Une analyse de corpus du magazine Châtelaine représentant près de 30 % de l'ensemble des numéros publiés depuis sa fondation en 1960 jusqu'en 2009, permet de démontrer que la transformation du contenu en ce qui concerne le féminisme et les hommes correspond à la montée en puissance d'un ressac antiféministe dans les années ...

Cote : 305-055.1(051.055.2)(714)May 2010

... Lire [+]

y

Cote : 305-055.1(714)Dup 2013

... Lire [+]

V

Source : À babord!, no 13 (févr./mars 2006)

Lien(s) : Voir la version HTML
EN LIGNE

... Lire [+]

y

Depuis quelques années, l'idée que les hommes vont mal gagne des adeptes. Cette prétendue crise de la masculinité aurait une cause: les femmes, et surtout les féministes, qui domineraient la société québécoise. Des partisans de la øcause des hommesø grimpent sur les ponts pour y déployer des banderoles, intentent des poursuites judiciaires contre des militantes, prennent la parole en commissions parlementaires, font du lobbyisme auprès d'institutions politiques, publient des livres et multiplient les attaques sur le web. Certains vont même jusqu'à harceler des groupes de femmes. La première édition de cet ouvrage pionnier paru en 2008 a reçu des échos très enthousiastes jusqu'en Europe. Actualisée et bonifiée, la réédition s'intéresse au nouveau souffle de ce courant résolument antiféministe, qui tend à se cristalliser autour des réseaux sociaux. En plus de documenter le mouvement masculiniste québécois et d'expliquer comment il nuit à l'égalité entre les hommes et les femmes, ce livre expose une facette peu connue du sexisme contemporain et recense plusieurs stratégies de résistance féministe. Des textes de Janik Bastien Charlebois, Mélissa Blais, Louise Brossard, Francis Dupuis-Déri, Karine Foucault, Mathieu Jobin, Sarah Labarre, Diane Lamoureux, ève-Marie Lampron, Josianne Lavoie, émilie Saint-Pierre et Marie-Eve Surprenant.
Depuis quelques années, l'idée que les hommes vont mal gagne des adeptes. Cette prétendue crise de la masculinité aurait une cause: les femmes, et surtout les féministes, qui domineraient la société québécoise. Des partisans de la øcause des hommesø grimpent sur les ponts pour y déployer des banderoles, intentent des poursuites judiciaires contre des militantes, prennent la parole en commissions parlementaires, font du lobbyisme auprès ...

Cote : 305.3209714Mou 2015

... Lire [+]

y

« J'haïs les féministes! », la déclaration de Marc Lépine au moment d'ouvrir le feu sur des étudiantes de l'École Polytechnique le 6 décembre 1989, a suscité une vive controverse, répercutée dans les médias dès le lendemain de la tragédie. Pourtant, 20 ans plus tard, cet événement qui a profondément marqué la mémoire collective est toujours absent des livres d'histoire du Québec. S'inscrivant à même le travail de mémoire, cet ouvrage, à travers une étude minutieuse des médias (en particulier des quotidiens La Presse, Le Devoir et The Globe and Mail), retrace l'évolution des réactions à la tuerie. Mélissa Blais s'intéresse aux multiples explications du geste de Marc Lépine et défend les analyses et discours féministes, nés dans l'urgence, puis violemment discrédités ou détournés, malgré les intentions clairement exprimées par le tueur. Elle examine également les principales commémorations, notamment celles entourant le dixième anniversaire, et consacre un chapitre au film Polytechnique sorti en 2000. « J'haïs les féministes! » : le 6 décembre 1989 et ses suites éclaire les débats entre féminisme et antiféminisme encore présents derrière cette tragédie. (Résumé tiré du document)
« J'haïs les féministes! », la déclaration de Marc Lépine au moment d'ouvrir le feu sur des étudiantes de l'École Polytechnique le 6 décembre 1989, a suscité une vive controverse, répercutée dans les médias dès le lendemain de la tragédie. Pourtant, 20 ans plus tard, cet événement qui a profondément marqué la mémoire collective est toujours absent des livres d'histoire du Québec. S'inscrivant à même le travail de mémoire, cet ouvrage, à travers ...

Cote : 343.6-055.2(714)Bla 2009

... Lire [+]

Z