Le Centre de documentation sur l'éducation
des adultes et la condition féminine (CDÉACF)

ACCÈS RAPIDE

Posez-nous vos questions

Bases de données

accessibles aux membres
Demandez un accès

Documents  CRISES | enregistrements trouvés : 5

O
     

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

U V

Université du Québec à Montréal. CRISES ; Collectif de recherche sur les innovations sociales dans les entreprises et les syndicats ; Collectif de recherche CRISES ; Centre de recherche sur les innovations dans l'économie sociale, les entreprises et les syndicats ; Centre de recherche sur les innovations sociales dans l'économie sociale, les entreprises et les syndicats ; Université du Québec à Montréal. Département de sociologie. Collectif de recherche sur les innovations sociales dans les entreprises et les syndicats


y

Cote : en traitement

Lien(s) : Consulter la version PDF
EN LIGNE

... Lire [+]

y

Cette monographie concerne la lutte pour un régime québécois d'assurance parentale. Les différents groupes qui se mobilisent dans cette lutte revendiquaient des congés parentaux plus accessibles, plus souples et plus généreux que ceux du programme du gouvernement fédéral qui découlent du régime d'assurance-emploi. Cette lutte se déroule sur une quinzaine d'années, soit de 1988 à 2006, et peut être divisée en 3 phases. La première phase de la lutte, qui se situe entre 1988 à 1996, correspond au début de la mobilisation collective pour la mise en place d'un régime québécois d'assurance parentale et au regroupement d'organismes militants pour les droits des travailleurs et travailleuses, des femmes et des familles autour des enjeux de cette lutte. La deuxième phase, quant à elle, s'étend de 1996 à 2000 et représente la structuration de la mobilisation collective, notamment par l'adoption d'une plate-forme de revendications et d'objectifs par la coalition qui mène la lutte, le Regroupement pour un régime québécois d'assurance parentale (RAP), plate-forme qui oriente et balise par la suite les actions de la coalition. Cette phase est également marquée par le début de l'implication du gouvernement du Québec en faveur de la mise en place d'un régime québécois d'assurance parentale. Finalement, la troisième et dernière phase de la lutte, pouvant être située entre 2000 et 2006, est celle de l'intensification de la mobilisation et du déploiement de nouvelles stratégies légales et judiciaires du gouvernement du Québec appuyé par les groupes en lutte. La réalisation de cette monographie a permis d'identifier certains phénomènes qui, tout au long de cette lutte, se sont avérés favorables à sa conduite. Parmi ces éléments, on trouve notamment le nombre assez important d'alliés que la lutte a connus et l'unanimité retrouvée au Québec sur le principe d'un régime québécois d'assurance parentale, tant du côté des groupes militants pour les droits des femmes, des travailleurs et travailleuses, et des familles, que des groupes patronaux et du gouvernement du Québec. De plus, grâce à son positionnement au sein des mouvements sociaux plus larges, soit le mouvement des femmes ainsi que celui des travailleurs québécois, cette lutte a pu obtenir une plus grande légitimité et visibilité, mobiliser un plus grand nombre de groupes et d'acteurs, ainsi que trouver un appui plus important dans la société.
Cette monographie concerne la lutte pour un régime québécois d'assurance parentale. Les différents groupes qui se mobilisent dans cette lutte revendiquaient des congés parentaux plus accessibles, plus souples et plus généreux que ceux du programme du gouvernement fédéral qui découlent du régime d'assurance-emploi. Cette lutte se déroule sur une quinzaine d'années, soit de 1988 à 2006, et peut être divisée en 3 phases. La première phase de la ...

Lien(s) : Consulter la version PDF (593 Ko ; 138 p.)
EN LIGNE

... Lire [+]

y

Cette monographie concerne la lutte des femmes et sages-femmes québécoises pour la reconnaissance de la profession de sage-femme au Québec. Cette lutte, qui s'est déroulée entre 1975 et 1999, peut être divisée en trois phases. La première phase, qui s'étend de 1975 à 1990, est celle de l'émergence. Cette phase correspond à la renaissance de la profession de sage-femme au Québec et à la montée des revendications pour sa reconnaissance. La deuxième phase, l'expérimentation, peut être située entre 1990 et juin 1999. Cette phase représente une période cruciale de la lutte, car c'est le moment pour les sages-femmes qui souhaitent la reconnaissance de leur pratique de faire leurs preuves à travers des projets-pilotes. La troisième et dernière phase, celle de la légalisation, est très courte, soit de juin à septembre 1999. Cette période correspond à la reconnaissance officielle de la profession de sage-femme au Québec. La réalisation de cette monographie permet d'identifier plusieurs éléments qui se sont avérés favorables à cette lutte. Parmi ces derniers, on trouve, notamment, le nombre assez important d'alliés que la lutte a connu ; l'ouverture du système politique ; le positionnement de la lutte dans un mouvement social plus large, soit le mouvement des femmes ; une certaine division rencontrée du côté des opposants ; ainsi que l'intervention favorable des médias, des sondages et des recherches. (résumé tiré du document)
Cette monographie concerne la lutte des femmes et sages-femmes québécoises pour la reconnaissance de la profession de sage-femme au Québec. Cette lutte, qui s'est déroulée entre 1975 et 1999, peut être divisée en trois phases. La première phase, qui s'étend de 1975 à 1990, est celle de l'émergence. Cette phase correspond à la renaissance de la profession de sage-femme au Québec et à la montée des revendications pour sa reconnaissance. La ...

Lien(s) : Consulter la version PDF (712 Ko ; 143 p.)
EN LIGNE

... Lire [+]

V

Cote : 004.738.5(714)Cis 1998

... Lire [+]

V

Ce texte porte sur les voies et les formes d'institutionnalisation des organismes communautaires et des groupes populaires. Institutionnalisation informelle par l'État qui confère à ces organisations le rôle de fournisseur de sécurité sociale, ce qui lui permet de rationaliser ses dépenses sans pour autant financer ces groupes. Une forme de déresponsabilisation étatique au profit des groupes populaire. Ce texte réclame un rapprochement du pouvoir avec les citoyens, ainsi qu'une démocratisation sociale.
Ce texte porte sur les voies et les formes d'institutionnalisation des organismes communautaires et des groupes populaires. Institutionnalisation informelle par l'État qui confère à ces organisations le rôle de fournisseur de sécurité sociale, ce qui lui permet de rationaliser ses dépenses sans pour autant financer ces groupes. Une forme de déresponsabilisation étatique au profit des groupes populaire. Ce texte réclame un rapprochement du ...

Cote : 061.2Lev 1995

... Lire [+]

Z