Le Centre de documentation sur l'éducation
des adultes et la condition féminine (CDÉACF)

ACCÈS RAPIDE

Posez-nous vos questions

Bases de données

accessibles aux membres
Demandez un accès

MMF - Bien commun et accès aux ressources  | enregistrements trouvés : 33

O

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

y

Cote : en traitement

Lien(s) : Consulter la version PDF
EN LIGNE

... Lire [+]

y

Cote : 303.483Lev 2017

... Lire [+]

y

Cote : en traitement

Lien(s) : Consulter la version HTML
EN LIGNE

... Lire [+]

y

Faire cause commune avec les classes populaires et les syndicats, combattre le capitalisme, lutter pour l'indépendance du Québec... Le journal Québec-Presse, qui parut de 1969 à 1974, n'a jamais prétendu être " neutre " et " objectif ". Bien au contraire! Revendiquant et assumant une totale indépendance journalistique, y compris à l'égard des syndicats qui le finançaient, cet hebdomadaire progressiste voulait faire contrepoids aux médias de masse et bloquer la route aux fossoyeurs des acquis de la Révolution tranquille. Artisan de la première heure de Québec-Presse, Jacques Keable retrace ici l'histoire de cette aventure journalistique aussi exceptionnelle qu'inspirante. Truffé d'anecdotes parfois rocambolesques, son " récit de l'intérieur " nous fait revivre tout un pan de l'histoire du Québec, de la crise d'Octobre 1970 au Front commun intersyndical de 1972, en passant par les luttes féministes, la défense de la langue française, la pollution de l'environnement ou la corruption dans le monde municipal. Il nous fait aussi partager la vie de cette salle de rédaction qui fonctionnait en autogestion et où se croisaient Gérald Godin, Jacques Parizeau, Micheline Lachance et même - secret bien gardé révélé par l'auteur - Réjean Ducharme, très discret correcteur de ce journal empêcheur de tourner en rond. Mais la liberté a un prix. Après cinq ans de travail journalistique qui agaça profondément bien des personnalités publiques, à commencer par René Lévesque, l'hebdomadaire du dimanche croula sous les problèmes d'argent. à la lumière de cette expérience, Jacques Keable nous met en garde contre les dangers de l'hyper-concentration actuelle des médias et nous rappelle la nécessité vitale, pour une société démocratique, de conserver une information diversifiée au service du bien commun.
Faire cause commune avec les classes populaires et les syndicats, combattre le capitalisme, lutter pour l'indépendance du Québec... Le journal Québec-Presse, qui parut de 1969 à 1974, n'a jamais prétendu être " neutre " et " objectif ". Bien au contraire! Revendiquant et assumant une totale indépendance journalistique, y compris à l'égard des syndicats qui le finançaient, cet hebdomadaire progressiste voulait faire contrepoids aux médias de ...

Cote : 070(714)Kea 2015

... Lire [+]

y

La mine, c'est à la fois le crayon, l'expression et le potentiel explosif. Nous disons mines de rien, parce qu'il s'agit de petites choses, ces petits riens souvent passés sous silence, et qui, pourtant, nous minent. Trois professeures de lettres délaissent les formes académiques pour se donner le plaisir des billets d'humeur, de l'archéologie du quotidien, en solidarité avec toutes celles qui subissent les humiliations invisibles. Têtues, critiques, moqueuses ou graves, elles s'entendent sur un point: si le monde a beaucoup changé, si l'égalité semble à portée de main, le sexisme demeure bien vivace partout. Mines de rien, ce sont trois féministes qui mettent en commun leurs plumes grinçantes pour dépeindre nos travers avec des lunettes pas vraiment roses. Du marketing aux toilettes publiques, en passant par les médias sociaux, la culture du viol, l'instinct maternel ou la masturbation, leurs chroniques s'indignent de l'ordinaire sexiste, et prouvent qu'il est aussi arbitraire qu'anachronique. Ici la conscience aiguë du phallocentrisme n'est pas un poids, mais un moteur. Mieux vaut, paraît-il, en rire. Mieux vaut surtout s'en indigner.
La mine, c'est à la fois le crayon, l'expression et le potentiel explosif. Nous disons mines de rien, parce qu'il s'agit de petites choses, ces petits riens souvent passés sous silence, et qui, pourtant, nous minent. Trois professeures de lettres délaissent les formes académiques pour se donner le plaisir des billets d'humeur, de l'archéologie du quotidien, en solidarité avec toutes celles qui subissent les humiliations invisibles. Têtues, ...

Cote : 305.3Boi 2015

... Lire [+]

y

Comment accélérer la transition de nos économies et de nos sociétés vers le bien-être et la soutenabilité ? Alerter sur le « péril climatique » ne suffira pas : la peur paralyse davantage qu'elle n'incite à agir. Il faut proposer un récit commun positif, qui mobilise le principe de justice sociale. Car les crises écologiques renforcent les inégalités, tout comme les inégalités accroissent les dégâts environnementaux. Pour cela, nous disent les auteurs, il est nécessaire de redéfinir le progrès social à la lumière du défi écologique, en visant l'égalité, l'emploi et la protection sociale. Quels instruments de justice environnementale mettre en place ? Suffira-t-il de « verdir » le capitalisme ou faudra-t-il changer de paradigme économique ? Quel rôle pour les syndicats dans la transition ? Comment mutualiser les nouveaux risques pour en minimiser l'impact ? Ce livre avance dix propositions pour faire de la transition sociale-écologique un nouvel horizon démocratique. - Tiré du doc.
Comment accélérer la transition de nos économies et de nos sociétés vers le bien-être et la soutenabilité ? Alerter sur le « péril climatique » ne suffira pas : la peur paralyse davantage qu'elle n'incite à agir. Il faut proposer un récit commun positif, qui mobilise le principe de justice sociale. Car les crises écologiques renforcent les inégalités, tout comme les inégalités accroissent les dégâts environnementaux. Pour cela, nous disent les ...

Cote : 338.927Lau 2015

... Lire [+]

y

Partout, l'heure est à l'intensification de l'exploitation industrielle des "ressources naturelles". Forêts, eau douce, minerais, sable, rivières, faune sauvage, gaz de schiste, pétrole, terres fertiles, paysages grandioses: tout y passe! La justification de ces efforts est partout la même: cette exploitation est un facteur de croissance essentiel dont il serait fou de ne pas profiter alors que les emplois manquent et que les états sont endettés. C'est le choix de l'extractivisme. Si ce phénomène suscite des débats, ceux-ci ne portent généralement que sur les conditions de l'exploitation de ces richesses : qui va vraiment profiter de ces ressources? Comment ne pas faire trop de dégâts en les mettant à profit? Est-ce le bon moment de les exploiter? Et si, au lieu de se préoccuper de la bonne façon de partager ce "gâteau" (sans trop salir la nappe), on s'interrogeait plutôt sur la pertinence même de le consommer? Avons-nous vraiment besoin d'harnacher de nouvelles rivières, d'exploiter toujours plus de gisements de pétrole et de minerais, d'ouvrir de nouveaux territoires aux touristes, d'intensifier les cultures et l'élevage animal? Ne s'agit-il pas d'une fuite en avant, sur un chemin qui ne mène nulle part, sinon à la destruction pure et simple de notre habitat terrestre et de nos sociétés? Ne pourrions-nous pas vivre aussi bien, voire mieux, sans pratiquer ce type d'exploitation? Si oui, à quelles conditions? Les auteur.e.s s'attaquent à ces questions difficiles en dénonçant la logique de l'extractivisme avant d'en souligner les principales limites physiques. Les effets destructeurs et irréversibles du processus économique sur les ressources naturelles dites "non renouvelables" (énergies fossiles, minerais, etc.) étant déjà à l'oeuvre, les auteur.e.s s'attellent à décrire les alternatives possibles à ce "modèle de développement": "low-tech", transition énergétique, résistance autochtone et philosophie du "buen vivir"... Ils nous invitent à changer de paradigme pour penser les pistes d'actions nécessaires dans un futur post-extractiviste. Car à force de creuser, nous arrivons bel et bien aux limites de notre unique planète.
Partout, l'heure est à l'intensification de l'exploitation industrielle des "ressources naturelles". Forêts, eau douce, minerais, sable, rivières, faune sauvage, gaz de schiste, pétrole, terres fertiles, paysages grandioses: tout y passe! La justification de ces efforts est partout la même: cette exploitation est un facteur de croissance essentiel dont il serait fou de ne pas profiter alors que les emplois manquent et que les états sont ...

Cote : 338.927Cre 2015

... Lire [+]

Z